Á la mesure de l’amour de Jésus…

Á la mesure de l’amour de Jésus…

A l'aune de l'amour de Jésus

Lc 6, 27-38Lc 6, 27-38
French: Louis Segond (1910) - SEG

301 Moved Permanently Moved Permanently The document has moved .

WP-Bible plugin

 » Car la mesure dont vous vous servez pour les autres
servira de mesure aussi pour vous. « 

 

  Á la mesure de l’amour de Jésus…

     Le texte de l’évangile d’aujourd’hui est l’un des plus difficiles à lire, et surtout a appliquer. Saint Luc nous met face à un défi qui serait de vivre le ciel sur la terre. Le monde à l’envers en somme, et pourtant c’est bien de cela qu’il s’agit.

     Au premier abord, on a envie de se dire qu’il est difficile d’avaler une pareille parole même si l’on sait qu’elle nous vient de Jésus. Le moins que l’on puisse dire, c’est que qu’Il n’y «  va pas avec le dos de la cuillère «  Il nous demande d’aimer nos ennemis, de présenter la joue gauche si on nous frappe la droite, de donner notre sous-vêtement à celui qui nous prend notre chemise... etc

Cliquez sur l’image.

     Rien qu’à penser que nous devons aimer nos ennemis, que nous devons nous laisser dépouiller par le premier venu, que nous ne devons pas juger, ni condamner personne, mais qu’il faut pardonner, toujours pardonner. Rien qu’à penser que toutes ces exigences du Seigneur sont des conditions d’entrée au Royaume de Dieu, il y a de quoi perdre pied, il y a de quoi perdre toute espérance, et de crier comme les apôtres:  » ces paroles sont trop dures, comment pouvons-nous les écouter « . Autrement dit, Mon Dieu, qui peut arriver à réaliser cela?

     Nous ne pouvons pas être chrétiens tout seuls, ou seulement entre nous.

     La norme de Jésus est si élevée que beaucoup d’entre nous peuvent penser être incapables d‘une telle performance ! Nous ne voulons même pas essayer, car cela semble tout à fait impossible. Pourtant nous ne pouvons pas être chrétiens tout seuls, ou seulement entre nous, sans accepter ces préceptes dérangeants, tout du moins leurs principes de base. Pensons que, même difficiles à admettre et a mettre en application, Dieu sera toujours présent pour nous venir en aide.

     La foi chrétienne est autre chose qu’une morale.

     Ce qui nous console et nous aide à comprendre les paroles de Jésus, c’est qu’il a lui-même mis un bémol sur ces préceptes à ne pas prendre à la lettre, qui ne sont pas forcément des ordres formels. Un exemple: aux jours de sa Passion, un serviteur l’a giflé parce qu’il avait riposté au grand prêtre, et bien, ce jour là, Jésus n’a pas présenté l’autre joue … mais a remis le serviteur à sa place. Nous aussi ne devrions pas lire les enseignements de Jésus au sens littéral, mais nous ne devrions pas pour autant totalement les esquiver.

      La logique de la guerre doit pouvoir être rompue.

     Il nous arrive habituellement de penser qu’il serait beaucoup plus facile d’éliminer la violence. Tout simplement en éliminant les responsables de la guerre, les responsables des conflits. Et pourtant, l’expérience nous montre bien qu’il n’en est pas ainsi. L’exemple de David (cité dans la première lecture) doit nous inspirer. Il n’a pas tué son ennemi alors qu’il avait la chance et le bon droit pour lui. La logique de la guerre n’a pas été appliquée. Au contraire David en a préféré une nouvelle, celle de la paix. Il pose un geste de nature religieuse: il permet à l’autre d’exister, pour lui laisser le temps de changer. Il n’y a pas beaucoup d’exemples que nous puissions citer, mais il en existe, la preuve, et nous en avons nous aussi certainement connus...

     Être capable d’aimer sans limite…

     Le véritable esprit de ceux et celles qui se veulent de véritables enfants de Dieu, c’est d’aimer sans limites, et même ses ennemis, comme Jésus a su le faire, et nous l’a montré à plusieures reprises au cours de sa vie terrestre….

     Choisissons la voie tracée par le Seigneur.

     Sœurs et frères, nous sommes appelés à imiter Jésus comme lui-même passait une grande partie de son temps à imiter le Père. Ce qui est demandé au disciples, au chrétiens de tous les temps, c’est d’abandonner la loi païenne du talion: « œil pour œil, dent pour dent », pour s’engager résolument sur la voie tracée par le Seigneur, celle qui conduit au Royaume de Dieu. Le texte de l’évangile ne nous demande rien de moins que d’essayer d’être des saintes et des saints en devenir. D’aimer du plus que l’on peut, et d’avoir un comportement exemplaire et irréprochable en toutes circonstances. Armons nous de courage, et tentons de nous hisser à la mesure de l’amour de Jésus..

Texte d’inspirations diverses.

Lien vers la prédication dominicale de Fr Jorel François : La religion de la joue tendue…