Appelés… « Venez à ma suite. »

Décoration florale – Autel de la chapelle des Dominicains.

Tous appelés

Mc 1, 14-20Mc 1, 14-20
French: Louis Segond (1910) - SEG

14 Après que Jean eut été livré, Jésus alla dans la Galilée, prêchant l`Évangile de Dieu. 15 Il disait: Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle. 16 Comme il passait le long de la mer de Galilée, il vit Simon et André, frère de Simon, qui jetaient un filet dans la mer; car ils étaient pêcheurs. 17 Jésus leur dit: Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d`hommes. 18 Aussitôt, ils laissèrent leurs filets, et le suivirent. 19 Étant allé un peu plus loin, il vit Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère, qui, eux aussi, étaient dans une barque et réparaient les filets. 20 Aussitôt, il les appela; et, laissant leur père Zébédée dans la barque avec les ouvriers, ils le suivirent.  

WP-Bible plugin

« Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. »

 

Appelés…. « Venez à ma suite ».

    Tout d’abord, notons que c’est après l’arrestation de Jean Baptiste, qui avait peu avant baptisé Jésus dans le Jourdain, que le ministère de Jésus commence. Jésus sait déjà que, lui aussi, il sera arrêté. Jésus, qui était probablement sur les bords du Jourdain, partit pour la Galilée. On dirait qu’il veut marquer sa préférence pour cette terre qu’Isaïe avait appelée Galilée des païens. Jésus va vers tous les hommes, il veut une Église en plein milieu païen. Aujourd’hui le Christ nous envoie en plein milieu déchristianisé.

    Jésus proclame la Bonne Nouvelle. Il ne prend pas les hommes à « rebrousse poil », avec des sermons déprimants, mais avec un message libérateur : Dieu veut nous pardonner, la mort n’est pas un trou désespérant ! Une religion qui opprime, déprime n’est pas celle de Jésus.

    Il disait : les temps sont accomplis. La longue attente messianique est à son terme. Le Christ est là, devant nous, pour réaliser ce que notre cœur attend profondément. Ce plan d’amour de Dieu pour faire réussir nos vies. Pas demain. Immédiatement !

   Ce règne suppose, de notre part, autre chose qu’un simple oui théorique: convertissez-vous, dit Jésus. Littéralement : changez de direction. Tournez-vous vers Dieu et croyez à cette Bonne Nouvelle. Croire, non pas à la suite d’un interminable raisonnement, mais avec le cœur.

   Comme ses disciples, comme Paul et comme Jonas, nous sommes tous appelés par le Seigneur. En tant que chrétiens baptisés et confirmés, nous sommes envoyés pour être témoins et messagers de l’Évangile.

   Face à l’incroyance, la mal-croyance ou l’indifférence, nous ne pouvons pas rester passifs. Nous sommes envoyés ensemble, en communion les uns avec les autres et avec le Christ. Ce rappel nous est donné en pleine semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Cette unité est absolument indispensable au témoignage que nous avons à donner. Si nous sommes divisés, c’est impossible.

    Que le seigneur fasse de nous des artisans de paix.

   Prions ensemble, les uns avec les autres. Que le Seigneur nous rende attentifs à ses appels. Qu’il nous donne plus de générosité pour y répondre. Et qu’il fasse de nous des artisans d’unité, de paix et de réconciliation.

Sœurs et frères, en quelques traits, comme l’art moderne qui sait nous faire découvrir l’essentiel, l’Évangile de Marc de ce jour est un condensé qui sait saisir, et le contenu de la prédication de Jésus, et l’essentiel de notre foi.

En fait, Jésus veut nous rendre heureux. Mais, avons-nous, ou aurons-nous le courage d’y mettre le prix, de changer, de nous convertir ? Comme nous le disons si bien de nos jours:  « nous avons le marché en main ». Saurons nous saisir cette opportunité ?

Texte d’inspiration diverses.

Lien avec la prédication dominicale de Fr Arnaud Blunat: Pêcheurs d’hommes.