Aujourd’hui Jésus accueille Marie, sa mère…

D’où m’est-il donné
que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?

Rose blanche, l'emblême de la Vierge Marie

La fleur du jour: La rose blanche.

Elle symbolise la discrétion, la pureté, et deviendra l’emblème de Marie.

  De nombreuses œuvres d’art montrent la Vierge avec cet attribut .

Lc 1, 39-56Lc 1, 39-56
French: Louis Segond (1910) - SEG

39 Dans ce même temps, Marie se leva, et s`en alla en hâte vers les montagnes, dans une ville de Juda. 40 Elle entra dans la maison de Zacharie, et salua Élisabeth. 41 Dès qu`Élisabeth entendit la salutation de Marie, son enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint Esprit. 42 Elle s`écria d`une voix forte: Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de ton sein est béni. 43 Comment m`est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne auprès de moi? 44 Car voici, aussitôt que la voix de ta salutation a frappé mon oreille, l`enfant a tressailli d`allégresse dans mon sein. 45 Heureuse celle qui a cru, parce que les choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur auront leur accomplissement. 46 Et Marie dit: Mon âme exalte le Seigneur, 47 Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur, 48 Parce qu`il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse, 49 Parce que le Tout Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est saint, 50 Et sa miséricorde s`étend d`âge en âge Sur ceux qui le craignent. 51 Il a déployé la force de son bras; Il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses. 52 Il a renversé les puissants de leurs trônes, Et il a élevé les humbles. 53 Il a rassasié de biens les affamés, Et il a renvoyé les riches à vide. 54 Il a secouru Israël, son serviteur, Et il s`est souvenu de sa miséricorde, - 55 Comme il l`avait dit à nos pères, -Envers Abraham et sa postérité pour toujours. 56 Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois. Puis elle retourna chez elle.  

WP-Bible plugin

 » Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais tous les âges me diront bienheureuse. »

.

Aujourd’hui Jésus accueille Marie, sa mère…

      Le 15 août est la fête de l’Assomption. Ce mot vient du latin et veut dire «prendre avec soi». Marie est honorée parce qu’elle a accepté d’être la Mère de Jésus, de le prendre en elle. Elle accompagne la vie de Jésus et elle est, à sa manière, une disciple.

      Marie est une femme d’Israël. À l’époque de Jésus, l’honneur de la femme c’est d’être mère. Lorsqu’elle met au monde un enfant, elle est estimée, valorisée, surtout s’il s’agit d’un garçon!

      Cependant, le danger, est de considérer la femme uniquement comme un «moyen» dont on se sert pour avoir des enfants.

      Lorsque Élisabeth parle et déclare bien heureuse la mère de Jésus qui a porté et donné la vie au Messie, c’est le plus grand honneur qu’une femme juive puisse espérer.

Marie, à la fois douce et forte, réservée et incisive…

      Si nous relisons l’évangile, nous voyons que Marie était également une femme forte, résistante physiquement mais aussi moralement. Pensez à son voyage à Béthanie chez sa cousine Élisabeth alors qu’elle était enceinte. Remémorez-vous son voyage à Bethléem au neuvième mois de sa grossesse. Et que dire de son accouchement dans des conditions plus que précaires, dans une étable.

     La particularité du « Magnificat », la prière de reconnaissance de Marie, c’est qu’elle nous montre qu’en toutes circonstances, même plongés dans la plus profonde détresse et les plus grandes difficultés, il est toujours possible de rendre grâce, de remercier celui qui nous aime et nous a tout donné.

Dieu, tel que Marie se le représente…

      Le grand intérêt du Magnificat c’est aussi qu’il nous révèle le visage de Dieu tel que Marie la mère de Jésus, se le représentait elle-même : il est un Dieu qu’on loue et en qui on espère ! Le Magnificat est aussi le cri d’espérance de Marie, qui au-delà de toutes les situations si désastreuses soient-elles, sait que le Seigneur prendra toujours le parti du plus faible ou de celui qui souffre.

      Après sa mort Marie a été enlevée à la vie terrestre pour entrer dans la vie en Dieu. Marie fut la première à vivre la Résurrection. Fêter l’Assomption de Marie, c’est célébrer son passage de la mort à la vie, de la terre à la gloire de Dieu.

       Marie n’était pas seulement une mère humaine qui portait le Fils de Dieu. C’est en elle qu’Il a pris corps et cela anoblit son corps humain en lui réservant une victoire sur la mort. Toute sa vie aura également été remplie par la présence de l’Esprit de Dieu.. L’Assomption, c’est la célébration de l’espérance chrétienne.

Marie qui entre corps et âme dans la gloire de Dieu.

        L’Assomption c’est la fête de Marie qui entre corps et âme dans la gloire de Dieu auprès de son fils ressuscité. Ce que Dieu a réalisé pour Marie nous est également destiné. Avec Marie, notre vie actuelle est une marche à la suite du Christ vers cette grande fête que Dieu nous prépare.

      Sœurs et frères, en ce jour, nous rendons grâce au Seigneur pour ce cadeau merveilleux qu’il nous fait en nous donnant Marie pour mère. A travers elle, cette fête de l’Assomption ravive notre lien profond à Jésus Christ, et renforce notre désir de transmettre à notre tour la bonne nouvelle.

Texte d’inspirations diverses.

Lien avec la prédication dominicale de Fr Rémy Bergeret: Assomption de Marie, logique Divine

Voir l’ensemble de l’album : Décoration florale 2019