C’est Jésus qui choisit

Prédication du frère Denys Sibre le 16 mai (sur Jn 15,12-17)


Ce que vient de nous dire Jésus ne peut nous laisser indifférents.

Dans le monde juif, plus précisément dans les cercles rabbiniques, c’est le disciple qui choisit son maître et qui se met à son école. Avec Jésus, il en est tout autrement, c’est lui qui a totalement l’initiative. C’est lui qui choisit, c’est lui qui appelle qui il veut, comme il veut, quand il veut.

Ici deux points sont à retenir :

Le premier : nous aussi un jour nous avons été choisis, appelés par Jésus et par amour. C’est par grâce que nous avons été choisis, appelés et c’est encore par grâce que nous avons répondu à l’appel adressé.

Second point : l’amour que Jésus nous porte doit devenir peu à peu l’âme de tous nos actes. Ici, on peut insister sur certains actes particulièrement expressifs de la venue du Christ en nous et à travers nous :

Ne pas juger : le Christ nous signifie de ne pas réduire notre prochain à tel ou tel de ses défauts, à telle ou telle de se limites. Ne pas enfermer l’autre dans un jugement qui risque de peser sur toute sa vie peut être durant de longues années !

Intercéder : c’est parler à Dieu des autres. C’est porter les autres devant Dieu sans distinction avec ce qu’ils sont, ce qu’ils vivent, ce qu’ils attendent.

Pardonner : c’est injecter dans le tissu souvent fiévreux de nos relations la sève apaisante et revigorante du pardon.

Aimer ses ennemis : Surtout n’encourageons pas la violence. L’autre si odieux qu’il puisse être doit être aimé jusqu’au bout. Laissons à celui-là toutes les chances de renouveau que Dieu lui offre.

La plus belle manière de vivre en ami de Jésus ressuscité, c’est d’aimer et d’aimer sans mesure et sans calcul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*