Élevons nous…

Élevons nous…

Élevons-nous

Décoration florale – Autel de la chapelle des Dominicains.

Mc 16, 15-20Mc 16, 15-20
French: Louis Segond (1910) - SEG

15 Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. 16 Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. 17 Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; 18 ils saisiront des serpents; s`ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur feront point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris. 19 Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel, et il s`assit à la droite de Dieu. 20 Et ils s`en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l`accompagnaient.  

WP-Bible plugin

« Ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. »

Élevons nous…

    Tout d’abord, l’Ascension, c’est un départ : «Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création.» L’Ascension, c’est la naissance de l’Église. Jésus remet les responsabilités de la construction du monde entre nos mains. Il fait L’Église: il faut aller au bonheur des autres. Jésus ne s’est pas enfermé dans le Temple et il ne veut pas que nous l’enfermions dans nos églises. La vie n’est que dans la marche. Pas d’Église véritable sans que ses membres ne soient en marche ou à l’écoute des cris du monde.

    C’est ça l’Ascension ; risquer de retrousser ses manches, croire en la présence de Dieu aujourd’hui. Savons-nous que Dieu a besoin que nous lui prêtions nos mains, nos yeux, notre cœur pour être présent et redonner un sens à notre monde, un monde qui n’a de place que pour l’efficacité et le concret.

    L’Ascension a de tout temps été conçue comme un mouvement vers le paradis, un état de conscience auquel on adhère lorsque l’expérience terrestre est terminée. Quand nous nous imaginons que Dieu est en haut, au ciel, nous reprenons une conception du monde très ancienne, qui était celle des apôtres et des auteurs de la Bible. Pour aller à Dieu, Jésus est d’abord sorti du séjour des morts et il est remonté sur la terre, il est « resurgi » d’entre les morts (d’où est issu le mot résurrection), pour ensuite monter à la rencontre de Dieu dans l’Ascension.

    Pour nous, aujourd’hui, le mot ciel ne signifie pas la même chose quand on parle de Dieu ou de la nature. Quand nous disons que Jésus est monté au ciel, nous ne comprenons pas un voyage vers un lieu physique dans l’espace. Jésus est simplement là où est Dieu. Dieu est au-delà de nos concepts de lieu ou d’espace. Il est présent à toute la réalité d’une façon si intime que cela dépasse notre entendement.

    Si les disciples se tournent avec autant d’insistance vers le ciel, ce n’est pas seulement sous l’effet de l’extraordinaire, mais c’est dans l’attente de recevoir l’Esprit pour être capables d’aller au devant de leurs frères et sœurs. Alors, vivre l’Ascension, ce n’est pas regarder en l’air ou chercher à imaginer un phénomène céleste extraordinaire. Vivre l’Ascension c’est donner sens à notre vie, c’est contempler la puissance de Dieu qui agit dans notre Église, sur tous et sur chacun.

     Fêter l’Ascension, c’est prendre au sérieux notre mission.

    En résumé, fêter l’Ascension, c’est vraiment cesser de regarder par en haut pour chercher Jésus Ressuscité. C’est prendre au sérieux notre mission. Dans l’Ascension de Jésus, c’est de notre ascension dont il est question. Il ne s’agit pas seulement de la montée au ciel qui doit s’effectuer après la mort, mais de la montée qui doit caractériser notre vie terrestre.

    Sœurs et frères, c’est sur la terre que nous montons peu à peu vers le ciel. Ouvrons nos bras et nos cœurs à ce que nous sommes vraiment, ouvrons-nous à l’autre. C’est notre mission.

Texte d’inspirations diverses.

Lien avec la prédication dominicale de Fr Rémy Bergeret: La Vérité de l’Ascension…