L’Épiphanie aujourd’hui, de Fr Denys Sibre.

L’adoration des mages – Matthias-Stom – 1600-1650

Mt 2, 1-12Mt 2, 1-12
French: Louis Segond (1910) - SEG

2 1 Jésus étant né à Bethléhem en Judée, au temps du roi Hérode, voici des mages d`Orient arrivèrent à Jérusalem, 2 et dirent: Où est le roi des Juifs qui vient de naître? car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l`adorer. 3 Le roi Hérode, ayant appris cela, fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. 4 Il assembla tous les principaux sacrificateurs et les scribes du peuple, et il s`informa auprès d`eux où devait naître le Christ. 5 Ils lui dirent: A Bethléhem en Judée; car voici ce qui a été écrit par le prophète: 6 Et toi, Bethléhem, terre de Juda, Tu n`es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, Car de toi sortira un chef Qui paîtra Israël, mon peuple. 7 Alors Hérode fit appeler en secret les mages, et s`enquit soigneusement auprès d`eux depuis combien de temps l`étoile brillait. 8 Puis il les envoya à Bethléhem, en disant: Allez, et prenez des informations exactes sur le petit enfant; quand vous l`aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que j`aille aussi moi-même l`adorer. 9 Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici, l`étoile qu`ils avaient vue en Orient marchait devant eux jusqu`à ce qu`étant arrivée au-dessus du lieu où était le petit enfant, elle s`arrêta. 10 Quand ils aperçurent l`étoile, ils furent saisis d`une très grande joie. 11 Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l`adorèrent; ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l`or, de l`encens et de la myrrhe. 12 Puis, divinement avertis en songe de ne pas retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.  

WP-Bible plugin

« Ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; ils se prosternèrent devant lui. »

Homélie dominicale de Fr Denys Sibre:

Version phonique:

Version écrite:

L’Épiphanie du Seigneur, aujourd’hui.
Il y a peu de jours une dame me disait : « Dimanche prochain, c’est l’Epiphanie ! Ça veut dire quoi ce mot ? C’est la fête des Rois Mages, je crois !… Et puis je ne vois pas le rapport avec Noël ! « 
Cette dame posait les bonnes questions. Questions qui sont peut-être aussi les nôtres.
Frères et sœurs, ce mot d’Épiphanie signifie manifestation, révélation. L’Épiphanie, disons les choses ainsi, ce sont les signes que Dieu choisit pour se manifester, pour se révéler, pour se faire connaitre.
Ainsi donc Noël et l’Epiphanie sont deux fêtes qui se répondent :
              – A Noël, on fête Dieu caché dans la chair d’un petit enfant nouveau-né !
              – A l’Epiphanie, on fête Dieu fait homme qui se dévoile à tout homme.
Ainsi ce qui était caché se révèle. Ce qui était invisible se rend visible.
L’Épiphanie, c’est une fête à multiples facettes :
             – C’est d’abord la venue des Mages à Bethléem.
             – Le baptême de Jésus dans les eaux du Jourdain.
             – Les noces de Cana au tout début de la vie publique de Jésus.
A chaque fois, le mystère de Dieu fait homme est rendu perceptible aux hommes, et ceux-ci reconnaissent et confessent la présence de Dieu parmi eux.
            – Alors les Mages offrent des cadeaux.
            – Jean-Baptiste témoigne que Jésus est bien le Messie attendu.
            – Les disciples à Cana commencent à croire.
A bien regarder l’Évangile, il n’y a qu’une succession d’Epiphanies, de manifestations dans lesquelles Jésus se dit, se donne à connaitre. Mais la plus spectaculaire de toutes, c’est la Résurrection de Jésus. Les témoins de Pâques ont bien compris et sont allés annoncer la nouvelle :  » Oui, Dieu s’est réellement manifesté, il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire. »
Cela dit, une grande question se pose à nous : S’il est vrai que l’Epiphanie signifie manifestation… alors aujourd’hui Dieu se manifeste-t-il encore ? Où et comment ? On peut même amplifier la question : Quels signes attendons-nous de la part de Dieu ? Quel type de signe serait assez fort pour nous faire bouger ?
             – Si nous avions été avec les Mages, la vue d’une étoile scintillante au-dessus d’un nouveau-né aurait-elle été pour nous un signe suffisant ?
            – Sur le bord du Jourdain, la parole de Jean-Baptiste aurait-elle suffit ?
            – A Cana, l’eau changée en vin aurait-elle été un signe assez clair pour nous ?
Vous le savez bien, les signes proposés par Dieu ne sont jamais des signes tonitruants. Nous cherchons trop dans le spectaculaire, le grandiose, le clinquant. Dieu ne se manifeste jamais dans les gros titres, dans la publicité, dans de nouvelles étoiles qui mènent nulle part. L’Épiphanie du Seigneur aujourd’hui éclate toujours dans le simple, le tout simple.
Alors l’Epiphanie du Seigneur aujourd’hui c’est où ?
            –  L’Épiphanie du Seigneur aujourd’hui, c’est l’Eglise répandue à travers le monde. Pauvre et grande Eglise qui malgré son âge donne un bel exemple de vitalité et d’innovation. Eglise des croyants qui tient le coup dans les tempêtes et les persécutions, et qui malgré les moqueries témoigne toujours que la vie de l’homme c’est la gloire de Dieu.
             – L’Épiphanie du Seigneur aujourd’hui, mais ce sont les sacrements, tous les sacrements ! Un peu d’eau, un peu de pain,  un peu d’huile, qu’une parole accompagne. Oui c’est le baptême qui donne toujours la vie de Dieu. C’est l’Eucharistie dans laquelle Christ se rend toujours présent à la communauté qui offre, qui prie et qui reçoit.
             – Ce sont les témoignages qui nous viennent de Syrie, d’Irak, de Corée du Nord et d’ailleurs où des croyants prient pour leurs bourreaux et meurent pour avoir attesté que Dieu existe.
             – C’est un vieil homme que je connais. Il a donné tout ce qu’il avait et est allé vivre avec les plus démunis. Aujourd’hui il est à l’hospice, et son visage est si beau que les larmes vous viennent aux yeux quand vous le voyez.
Frères et sœurs, voilà quelques exemples. Il y en a beaucoup d’autres.
L’important c’est de nous dire que la présence de Dieu se manifeste toujours. Et pour la voir, il nous faut non seulement ouvrir nos yeux mais encore les laver à grande eau.
Si nous faisons ainsi, oui, nous verrons la gloire de Dieu et nous serons illuminés.
 Fr Denys Sibre op.
Lien vers la liturgie florale du jour: Étoile guide.

Commentaires fermés.