Foi en la Trinité sainte, de Fr Rémy Bergeret.

Frère Rémy Bergeret au pied du cierge pascal
pour prononcer l’homélie dominicale.

Fr Rémy au pied du cierge pascal

 

Mt 28, 1-10Mt 28, 1-10
French: Louis Segond (1910) - SEG

28 1 Après le sabbat, à l`aube du premier jour de la semaine, Marie de Magdala et l`autre Marie allèrent voir le sépulcre. 2 Et voici, il y eut un grand tremblement de terre; car un ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre, et s`assit dessus. 3 Son aspect était comme l`éclair, et son vêtement blanc comme la neige. 4 Les gardes tremblèrent de peur, et devinrent comme morts. 5 Mais l`ange prit la parole, et dit aux femmes: Pour vous, ne craignez pas; car je sais que vous cherchez Jésus qui a été crucifié. 6 Il n`est point ici; il est ressuscité, comme il l`avait dit. Venez, voyez le lieu où il était couché, 7 et allez promptement dire à ses disciples qu`il est ressuscité des morts. Et voici, il vous précède en Galilée: c`est là que vous le verrez. Voici, je vous l`ai dit. 8 Elles s`éloignèrent promptement du sépulcre, avec crainte et avec une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle aux disciples. 9 Et voici, Jésus vint à leur rencontre, et dit: Je vous salue. Elles s`approchèrent pour saisir ses pieds, et elles se prosternèrent devant lui. 10 Alors Jésus leur dit: Ne craignez pas; allez dire à mes frères de se rendre en Galilée: c`est là qu`ils me verront.  

WP-Bible plugin

 » Il est ressuscité et il vous précède en Galilée. »

 

Homélie dominicale de Fr Rémy Bergeret:

Version phonique:

Version écrite:

Foi en la Trinité sainte.
            Christ est Ressuscité : la foi pascale, la foi de nos origines tient en ces 3 mots en français, 2 en grec : Christos anèsti. Étonnant quand on y pense ! Cela résonne comme un cri et d’ailleurs les premiers chrétiens à la sortie de la messe de Pâques, se saluaient ainsi : « Christ est Ressuscité / Il est vraiment ressuscité, Alleluia ! » Cri de foi, cri de joie qui signifiait que Christ est vivant, réellement présent au milieu de ses disciples. Oui, Il est passé de la mort à la vie, Il a réussi sa Pâque !
            Mais comment est-on passé de ce cri, aussi bref qu’intense à nos symboles de foi qu’Irénée de Lyon appelait règles de vérité ? Que ce soit le symbole des Apôtres(200) ou le symbole de Nicée(381), nous sommes témoins de fait d’une lente, progressive explicitation de la foi.
            Au départ en effet, Celui que les disciples connaissent, ce n’est pas Christ, c’est Jésus de Nazareth, l’homme avec qui ils ont cheminé, le fils de Marie, le fils du charpentier. Un homme assez remarquable, qui se distingue des scribes et des pharisiens, un prophète et même plus que cela. Une autre étape sera d’affirmer que ce Jésus est Christ, c’est-à-dire le Messie que le peuple attendait, dont la filiation est quasi-divine : Il ne reçoit pas une onction d’huile comme les rois mais une onction de feu, l’Esprit saint lui-même.
            Par ailleurs, n’a-t-Il pas parlé de Dieu comme de son Père ? Ainsi va émerger le premier article consacré au Père. La transmission qu’Il fait de la grande prière(=Notre Père) vient confirmer cette relation particulière de Jésus-Christ à son Père. C’est très important car ce Christ ne vient pas de nulle part, de n’importe où : non seulement il a une origine, Dieu le Père mais il tient de lui son envoi, sa mission: le salut de tous les hommes ; en clair, Il est le Sauveur et mérite bien son nom Jésus = Dieu sauve.
            Cela dit, nous sommes à Pâques et pas encore à Pentecôte, les disciples ne peuvent alors discerner qu’il y a un acteur caché, invisible dans cette Résurrection : l’Esprit saint qui est puissance de vie depuis les origines du monde, « Veni creator… » : oui, il est bien Esprit créateur dès les débuts et Il l’a été à l’Incarnation et de même à la Résurrection. Le Fils ne se ressuscite pas lui-même, Il EST(passif) Ressuscité par le Père, moyennant la puissance de l’Esprit. C’est ce qui fait que Pâques est un événement trinitaire et cela justifie notre troisième article du Credo, le second étant consacré au Fils, bien sûr.
            Christ est Ressuscité ! Ce formidable cri qui a jailli au matin de Pâques est devenu en vingt siècles une immense clameur qui a rempli l’univers et les terres lointaines, bien au-delà de Jérusalem et de Rome. Plus profondément, ce cri a investi la raison humaine pour donner la théologie, l’intelligence de la foi dans tous les domaines de l’activité humaine.
Ainsi :
-Parce que Christ est Ressuscité, ses paroles sont vivantes et peuvent être mises en pratique dans une morale concrète
-La liturgie a un sens et donne à voir le Mystère dans toute son ampleur, sa splendeur
-Les malades et les prisonniers retrouvent l’espérance car ils se savent touchés, visités
-Parce qu’ils ont été témoins de l’amour manifesté en Christ Ressuscité, des disciples se mettent en route pour servir les autres
-Les frontières de race, de couleur sont abolies et les hommes, les femmes goûtent la liberté des enfants de Dieu
-Des personnes peuvent découvrir que notre Dieu-Amour a aussi pas mal d’humour, au quotidien
            Frères et sœurs, c’est tout cela le message de Pâques(et d’autres choses encore…). Alors, une fois passée la stupeur du premier cri, osons proclamer dignement notre foi en la Trinité sainte.
Fr Rémy Bergeret op.
Lien vers la liturgie florale de Pâque: Est-ce bien toi Seigneur ?