Ils savaient que c’était le Seigneur…

Troisième manifestation de Jésus auprès de ses disciples.

Jésus ressuscité avec ses disciples

Décoration florale de l’autel de la chapelle des Dominicains.

Jn 21,1-19Jn 21,1-19
French: Louis Segond (1910) - SEG

301 Moved Permanently Moved Permanently The document has moved .

WP-Bible plugin

Aucun des disciples n’osait lui demander :
 » Qui es-tu ?  »
Ils savaient que c’était le Seigneur.

 

    Insistance et persuasion…

   La confrontation entre Pierre et Jésus est une des scènes les plus fortes de l’Évangile. Le triple reniement est toujours présent à l’arrière-plan et la triple profession d’amour vient, non pas le faire oublier, mais en annuler les effets. Pierre, le pilier de l’Église, le premier d’entre les disciples, est comme tous les autres un pécheur repenti et un témoin du pardon illimité offert par Dieu. Jésus se comporte en pêcheur d’hommes, il repêche Simon Pierre, qui avait complètement ‟ sombré” après son reniement. Jésus, par trois fois, lui tend la perche. « Pierre, m’aimes-tu ? » Et Pierre de répondre par trois fois : « Oui » alors qu’il avait dit trois fois « Non », précédemment.

   Pierre a la foi. Les premiers chapitres des Actes des Apôtres le montrent en action dans les conflits qui opposèrent la jeune Église aux autorités juives. Ce n’est plus un Pierre hésitant ou craintif, mais un véritable témoin en action. Il nous montre l’exemple.

    Foi ne rime ni avec facilité, ni avec fanatisme.

   Il s’agit, tout au contraire, d’un lent processus de transformation et de libération. Il faut être libre pour pouvoir témoigner de sa foi, sans violence mais aussi sans peur, sans honte et sans orgueil. La foi en Jésus Ressuscité est d’abord une vie qui rayonne parce qu’elle se laisse transformer. Elle est un amour qui finit par transfigurer tous ceux qui en sont saisis.

   Le dialogue entre Jésus et Pierre peut-être transposé dans la vie de chacun d’entre nous. La question : « M’aimes-tu ? » s’adresse à tous les disciples. Le christianisme n’est pas un ensemble de doctrines et de pratiques, c’est quelque chose de beaucoup plus intime et profond. C’est une relation d’amitié avec la personne de Jésus. Au cours de sa vie terrestre il avait très souvent demandé aux personnes : « Est-ce que tu crois ? » mais jamais : «M’aimes-tu ? ». Il ne le fait que maintenant, après avoir donné la preuve, à travers sa passion et sa mort, qu’il nous a aimés au-dessus de tout.

   Jésus nous offre de renaître dans la confiance.

   Sœurs et frères, c’est à nous aujourd’hui qu’est confiée la mission de libérer ceux qui sont toujours prisonniers. Jésus vient à notre rencontre, même si souvent, nous ne savons pas que c’est lui. Il nous offre de renaître aujourd’hui dans la confiance. Nous sommes nous aussi appelés à rendre témoignage de sa résurrection. Nous avons parfois le sentiment de ‟ ramer ” pour rien, de ramer à contre-courant pour vivre et transmettre l’évangile dans une société indifférente. De même que les apôtres dans la première lecture, aimons et persévérons malgré les difficultés que nous rencontrons.

   Donnons dès aujourd’hui à notre monde des signes forts de l’amour de Dieu pour nous tous. Soyons comme Pierre, capables de nous jeter à l’eau pour venir à lui et lui dire en toute vérité : « Seigneur, tu sais bien que je t’aime ! »

Texte d’inspirations diverses.

Commentaires fermés.