La mesure de l’amour…

 La mesure de l’amour… Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur.

La mesure de l'amour

Décoration florale de l’autel de la chapelle des Dominicains.

Lc 22, 14-23, 56Lc 22, 14-23, 56
French: Louis Segond (1910) - SEG

301 Moved Permanently Moved Permanently The document has moved .

WP-Bible plugin

Lc 23, 1-49Lc 23, 1-49
French: Louis Segond (1910) - SEG

23 1 Ils se levèrent tous, et ils conduisirent Jésus devant Pilate. 2 Ils se mirent à l`accuser, disant: Nous avons trouvé cet homme excitant notre nation à la révolte, empêchant de payer le tribut à César, et se disant lui-même Christ, roi. 3 Pilate l`interrogea, en ces termes: Es-tu le roi des Juifs? Jésus lui répondit: Tu le dis. 4 Pilate dit aux principaux sacrificateurs et à la foule: Je ne trouve rien de coupable en cet homme. 5 Mais ils insistèrent, et dirent: Il soulève le peuple, en enseignant par toute la Judée, depuis la Galilée, où il a commencé, jusqu`ici. 6 Quand Pilate entendit parler de la Galilée, il demanda si cet homme était Galiléen; 7 et, ayant appris qu`il était de la juridiction d`Hérode, il le renvoya à Hérode, qui se trouvait aussi à Jérusalem en ces jours-là. 8 Lorsque Hérode vit Jésus, il en eut une grande joie; car depuis longtemps, il désirait le voir, à cause de ce qu`il avait entendu dire de lui, et il espérait qu`il le verrait faire quelque miracle. 9 Il lui adressa beaucoup de questions; mais Jésus ne lui répondit rien. 10 Les principaux sacrificateurs et les scribes étaient là, et l`accusaient avec violence. 11 Hérode, avec ses gardes, le traita avec mépris; et, après s`être moqué de lui et l`avoir revêtu d`un habit éclatant, il le renvoya à Pilate. 12 Ce jour même, Pilate et Hérode devinrent amis, d`ennemis qu`ils étaient auparavant. 13 Pilate, ayant assemblé les principaux sacrificateurs, les magistrats, et le peuple, leur dit: 14 Vous m`avez amené cet homme comme excitant le peuple à la révolte. Et voici, je l`ai interrogé devant vous, et je ne l`ai trouvé coupable d`aucune des choses dont vous l`accusez; 15 Hérode non plus, car il nous l`a renvoyé, et voici, cet homme n`a rien fait qui soit digne de mort. 16 Je le relâcherai donc, après l`avoir fait battre de verges. 17 A chaque fête, il était obligé de leur relâcher un prisonnier. 18 Ils s`écrièrent tous ensemble: Fais mourir celui-ci, et relâche-nous Barabbas. 19 Cet homme avait été mis en prison pour une sédition qui avait eu lieu dans la ville, et pour un meurtre. 20 Pilate leur parla de nouveau, dans l`intention de relâcher Jésus. 21 Et ils crièrent: Crucifie, crucifie-le! 22 Pilate leur dit pour la troisième fois: Quel mal a-t-il fait? Je n`ai rien trouvé en lui qui mérite la mort. Je le relâcherai donc, après l`avoir fait battre de verges. 23 Mais ils insistèrent à grands cris, demandant qu`il fût crucifié. Et leurs cris l`emportèrent: 24 Pilate prononça que ce qu`ils demandaient serait fait. 25 Il relâcha celui qui avait été mis en prison pour sédition et pour meurtre, et qu`ils réclamaient; et il livra Jésus à leur volonté. 26 Comme ils l`emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix, pour qu`il la porte derrière Jésus. 27 Il était suivi d`une grande multitude des gens du peuple, et de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. 28 Jésus se tourna vers elles, et dit: Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi; mais pleurez sur vous et sur vos enfants. 29 Car voici, des jours viendront où l`on dira: Heureuses les stériles, heureuses les entrailles qui n`ont point enfanté, et les mamelles qui n`ont point allaité! 30 Alors ils se mettront à dire aux montagnes: Tombez sur nous! Et aux collines: Couvrez-nous! 31 Car, si l`on fait ces choses au bois vert, qu`arrivera-t-il au bois sec? 32 On conduisait en même temps deux malfaiteurs, qui devaient être mis à mort avec Jésus. 33 Lorsqu`ils furent arrivés au lieu appelé Crâne, ils le crucifièrent là, ainsi que les deux malfaiteurs, l`un à droite, l`autre à gauche. 34 Jésus dit: Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu`ils font. Ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort. 35 Le peuple se tenait là, et regardait. Les magistrats se moquaient de Jésus, disant: Il a sauvé les autres; qu`il se sauve lui-même, s`il est le Christ, l`élu de Dieu! 36 Les soldats aussi se moquaient de lui; s`approchant et lui présentant du vinaigre, 37 ils disaient: Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même! 38 Il y avait au-dessus de lui cette inscription: Celui-ci est le roi des Juifs. 39 L`un des malfaiteurs crucifiés l`injuriait, disant: N`es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et sauve-nous! 40 Mais l`autre le reprenait, et disait: Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même condamnation? 41 Pour nous, c`est justice, car nous recevons ce qu`ont mérité nos crimes; mais celui-ci n`a rien fait de mal. 42 Et il dit à Jésus: Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne. 43 Jésus lui répondit: Je te le dis en vérité, aujourd`hui tu seras avec moi dans le paradis. 44 Il était déjà environ la sixième heure, et il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu`à la neuvième heure. 45 Le soleil s`obscurcit, et le voile du temple se déchira par le milieu. 46 Jésus s`écria d`une voix forte: Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira. 47 Le centenier, voyant ce qui était arrivé, glorifia Dieu, et dit: Certainement, cet homme était juste. 48 Et tous ceux qui assistaient en foule à ce spectacle, après avoir vu ce qui était arrivé, s`en retournèrent, se frappant la poitrine. 49 Tous ceux de la connaissance de Jésus, et les femmes qui l`avaient accompagné depuis la Galilée, se tenaient dans l`éloignement et regardaient ce qui se passait.  

WP-Bible plugin

« Père, entre tes mains je remets mon esprit. »
Et après avoir dit cela, il expira.

::::::::::::::::::::

       La mesure de l’amour…

     Pour comprendre le sens profond de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, il faut rafraîchir nos mémoires sur la mentalité juive de l’époque. Selon eux, le Messie devrait être un leader, un chef, un personnage redoutable, quelqu’un qui mettrait en déroute leurs ennemis. En définitive, quelqu’un qui mettrai fin au joug de l’occupation romaine. La foule proclamait sa foi en Jésus comme le messie qu’elle attendait depuis bien longtemps, celui qui devrait déclencher la révolte contre les occupants Romains, pour les chasser tous hors de la ville Sainte. Il est écrit que Jésus entre dans Jérusalem assis sur un petit âne. Ce n’est pas l’attitude d’un guerrier, le petit âne est le signe de la non-violence. C’est la monture des petites gens, des enfants. Et précisément, ce sont surtout les enfants qui le précèdent et l’accompagnent !

       Combattre le mal sous toutes ses formes

     Jésus était vraiment le Messie, mais pas le Messie autoritaire et guerrier que les Juifs attendaient. Contrairement à ce qu’ils pensaient, Jésus n’était pas venu faire la guerre, il était plutôt un serviteur obéissant de Dieu, un Messie humble, c’est la raison pour laquelle, en entrant dans la ville il était monté sur âne. De cette façon, Jésus a prouvé aux juifs qu’il était venu dans ce monde non pas pour faire la guerre à d’autres hommes, mais pour combattre le mal sous toutes ses formes : le péché, l’égoïsme des hommes, l’injustice, l’exploitation de l’homme par l’homme…

     Le récit de la Passion, comme tout l’évangile de Luc, est très sobre. À part la comparution devant Hérode, il ne s’attarde pas sur le déroulement de la passion. Ce qui importe, c’est l’attitude de Jésus et des apôtres.

     Au moment où il écrit, Luc est très conscient des difficultés que rencontrent ceux qui adhérent à la jeune foi chrétienne. Il connaît les persécutions dont ont été victimes les premiers témoins et il a conscience qu’elles ne cesseront pas de sitôt.

     Satan qui s’était retiré au sortir du désert, revient à son heure. C’est à lui qu’est attribuée la démarche incompréhensible de Judas et l’attitude timorée des apôtres.

         Jésus dramatiquement seul…

     Jésus a le souci de notre misère et de notre souffrance. Il fera l’expérience de l’abandon et de la solitude et sera dramatiquement seul. L’incompréhension et le rejet vont se transformer en cruauté: faux témoignages des pharisiens et des grands prêtres, haine de la foule, railleries et tortures des soldats. Au moment où il a besoin d’aide, ses amis dorment et tous ses proches fuiront après son arrestation, l’ami intime ira même jusqu’à dire qu’il ne le connaît pas. Il sera renié.

       La Semaine Sainte

     Sœurs et frères, il y a dans l’histoire du monde une semaine où se sont déroulés tous ces événements. Cette semaine-là, un homme qui était aimé des uns et haï des autres a été condamné et mis à mort. On l’a enseveli, mais le troisième jour il est ressuscité. Cette semaine, on l’appelle La Semaine Sainte, et on la revit chaque année en réactualisant les faits et gestes qui se sont produits sur un coin de notre planète, il y a près de deux mille ans.

     Au cours de la Semaine Sainte, Jésus après être entré triomphalement à Jérusalem, a institué l’Eucharistie et le sacerdoce. Ensuite, par sa passion et sa croix, il a prouvé aux hommes de tous les temps qu’il les aimait, même si le retour attendu n’était pas au rendez-vous. Il a souffert, il est mort…

     D’année en année, les cérémonies de la Semaine Sainte nous font revivre ces événements, elles nous rappellent que c’est pour nous et à cause de nous qu’ils se sont produits.

       Il y a ceux qui aiment…

     Sœurs et frères, lorsqu’on on aime quelqu’un on tient à s’unir à lui pour partager ce sentiment. Si l’on déteste quelqu’un, on s’arrange pour s’en tenir à distance, et ne pas même penser à lui! Sans amour et sans haine, on est indifférent.

     Juste avant sa mort, Jésus a rencontré toutes ces catégories de gens. La commémoration de cette semaine particulière de sa vie débute aujourd’hui, le dimanche des Rameaux : à quelle catégorie pensez-vous appartenir ? A celle de ceux qui aiment, de ceux qui haïssent, ou de ceux qui sont indifférents?

     Je sais que si vous venez juste de terminer la lecture ces lignes, c’est forcément à la première, à celle de ceux qui aiment, et je vous souhaite à toutes et à tous une bonne Semaine Sainte.

Texte d’inspirations diverses.