La vraie richesse… celle du cœur.

Savoir discerner où est la vraie richesse.

Le tournesol orgueil, éblouissement

La fleur du jour: Le tournesol.

Sa signification symbolique  est l’orgueil, l’éblouissement, et la démesure,

à l’image de l’homme riche de la parabole utilisée aujourd’hui par Jésus, dans l’Évangile de Luc.

Lc 12, 13-21Lc 12, 13-21
French: Louis Segond (1910) - SEG

13 Quelqu`un dit à Jésus, du milieu de la foule: Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. 14 Jésus lui répondit: O homme, qui m`a établi pour être votre juge, ou pour faire vos partages? 15 Puis il leur dit: Gardez-vous avec soin de toute avarice; car la vie d`un homme ne dépend pas de ses biens, fût-il dans l`abondance. 16 Et il leur dit cette parabole: Les terres d`un homme riche avaient beaucoup rapporté. 17 Et il raisonnait en lui-même, disant: Que ferai-je? car je n`ai pas de place pour serrer ma récolte. 18 Voici, dit-il, ce que je ferai: j`abattrai mes greniers, j`en bâtirai de plus grands, j`y amasserai toute ma récolte et tous mes biens; 19 et je dirai à mon âme: Mon âme, tu as beaucoup de biens en réserve pour plusieurs années; repose-toi, mange, bois, et réjouis-toi. 20 Mais Dieu lui dit: Insensé! cette nuit même ton âme te sera redemandée; et ce que tu as préparé, pour qui cela sera-t-il? 21 Il en est ainsi de celui qui amasse des trésors pour lui-même, et qui n`est pas riche pour Dieu.  

WP-Bible plugin

 » Cette nuit même, on va te redemander ta vie.
Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ? « 

.

          La vraie richesse… celle du cœur.
          La vie éternelle ne se monnaie pas…

       Jésus veut que nous soyons libres face à la possession des richesses. Ce qu’il nous propose, c’est de nous libérer de ce qui n’est pas nous. L’important, c’est ce que nous sommes, et non ce que nous avons acquis. Apprécions les bonnes choses que nous donne la vie, mais n’oublions pas qu’elles nous sont données pour nous aider à marcher ensemble vers le Royaume de Dieu, et que nous y entrerons sans elles. Il faut uniquement être riche d’amour pour espérer s’approcher de Dieu. La vie éternelle est un don, une grâce offerte, elle ne s’achète pas. Tout du moins pas en monnaie sonnante et trébuchante.

        La fraternité, et la solidarité ne sont pas des options.

      Si l’argent contribue au bonheur, il ne peut se confondre avec lui. La vraie richesse est dans l’amour. C’est là que réside d‘ailleurs toute la difficulté. La question qui nous est posée est la suivante : Voulons-nous être riches de greniers remplis de blé, à l’image de l’homme de la parabole, ou riches de cœur ? Que faisons-nous de nos biens ? La fraternité, et la solidarité ne sont pas des options, elles sont nécessaires. Être est plus important qu’avoir. Bien sûr, cela demande du renoncement, du courage et des efforts, mais il est indispensable de savoir garder bonne mesure, de garder un cœur ouvert aux autres.

        L’argent n’est pas la condition nécessaire au bonheur.

      L’argent répond à beaucoup de besoins matériels, mais il ne répond pas à tout. Difficile de prétendre aimer Dieu si nous plaçons l’argent au premier rang de nos soucis. Il n’y a que deux amours sur terre : l’amour de Dieu et l’amour de soi. L’amour de soi passe par l’amour de l’argent, tandis que l’amour de Dieu ne passe jamais par aucun autre amour, sauf par l’amour de celles et de ceux qui nous entourent. Pour Dieu, la manière dont l’homme considère la richesse et les façons dont il l’accumule et en dispose, sont d’une importance capitale. L’argent n’est pas la condition nécessaire au bonheur. Bien au contraire, c’est plutôt la générosité qui rendra heureux et procurera un vrai sentiment de satisfaction.

      La faute de l’homme riche dans l’Évangile, ce n’est pas d’avoir eu une récolte abondante, de l’avoir bien engrangée. C’est de l’avoir engrangée pour lui et lui seul. Il se dit à lui-même : « Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence. » Dans sa réflexion, il n’est ni question de son épouse, ni de ses enfants s’il en a, encore moins de son entourage, des pauvres, des ses amis. Il n’amasse l’argent qu’à son seul profit !

      L’Évangile de Luc ne nous reproche pas d’acquérir des biens, il nous demandent seulement ce que nous en faisons. Sommes-nous les enfants du Royaume, ou les esclaves de notre cupidité, de notre vanité, et pire encore, de notre avarice ?

          La vraie richesse est celle du cœur

       Il faut savoir discerner où est la vraie richesse, celle que la mort ne peut nous enlever. La vraie richesse est celle du cœur. Le seul héritage est le royaume de Dieu. La vraie vie, c’est celle à laquelle nous appelle Dieu et pour laquelle il nous a créés, c’est la vie éternelle.

      Soyez sûrs sœurs et frères que notre générosité de cœur produira elle aussi des dividendes éternels, et qu’il il est toujours temps d’investir en elle.

       En conclusion sœurs et frères, c’est uniquement à l’aune de cet amour que nous aurons eu les uns pour les autres durant toute notre vie que nous serons jugés. Lorsque ‟l’on nous redemandera notre vie ”, nos diverses possessions et richesses ne nous seront d’aucune utilité, notre classe sociale elle non plus n’entrera pas en compte.

       Alors, Dieu ou l’argent ? C’est l’évidence même, diront certains : Dieu d’abord, l’argent ensuite. Pourtant, est-ce bien certain  pour bon nombre d’entre nous  ?

Texte d’inspirations diverses.

Lien avec la prédication dominicale de fr Benoît-Marie Simon : Désir de vie éternelle.

Voir l’ensemble de l’album :Décoration florale 2019