Le Père, et le Fils, et le Saint Esprit… de Fr Arnaud Blunat.

Le Père, et le Fils, et le Saint-Esprit…

La Sainte Trinité

La Sainte Trinité – Peinture de Sandro Botticelli –  env 1491 – 1493.

Mt 28, 16-20Mt 28, 16-20
French: Louis Segond (1910) - SEG

16 Les onze disciples allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée. 17 Quand ils le virent, ils se prosternèrent devant lui. Mais quelques-uns eurent des doutes. 18 Jésus, s`étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m`a été donné dans le ciel et sur la terre. 19 Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, 20 et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu`à la fin du monde.  

WP-Bible plugin

« Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

 

Homélie dominicale de Fr Arnaud Blunat:

Version phonique:

Version écrite:

  Le Père, et le Fils, et le Saint Esprit…

   L’envoi en mission des apôtres constitue tout un programme qui nous est aussi proposé. En quittant ce monde, Jésus nous invite à reprendre ses enseignements, à les mettre en œuvre, à suivre son exemple. Jésus nous a fait découvrir son Père et il nous envoie son Esprit. Il nous révèle le Dieu vivant et il nous révèle qui nous sommes. Désormais, nous savons que nous sommes enfants de Dieu et que nous sommes faits pour partager sa gloire dans l’éternité.

   Revenons sur ces dernières paroles de Jésus. Cette exhortation comporte trois éléments :

1) « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre ».

   Jésus n’a pas caché d’où il vient ni qui il est. Avec le Père et l’Esprit Saint, il ne forme qu’un seul Dieu : nombreuses sont les paroles de Jésus qui évoquent ses relations avec le Père et l’Esprit, en particulier dans l’Évangile de S. Jean :

« Le Père et moi, nous sommes un ».

« Je prierai le Père et il vous donnera un autre Défenseur, l’Esprit de Vérité ».

« L’Esprit vous conduira vers la Vérité toute entière ».

Par sa mort et sa résurrection, Jésus nous a montré qu’il domine la mort et détruit le péché.

Il a le pouvoir de relever de la mort et de nous donner la vie en abondance.

   Sa mission continue auprès du Père.

   Sa mission continue auprès du Père. L’Esprit va poursuivre son œuvre dans l’Église, dans le cœur des hommes.

Nous pouvons demander à Dieu ce que nous voulons : tout ce qui peut contribuer à notre vie et à notre salut, il le fera, il nous le donnera. Encore faut-il le lui demander dans la foi et le laisser agir en nous.

Dans notre vie, tout doit passer par Dieu parce qu’il peut tout faire pour notre bien. Quand nous disons que Dieu est tout puissant, nous croyons en effet qu’il peut faire tout contribuer pour notre bien, mais avec notre consentement, notre participation.

Avoir la foi, ce n’est pas abandonner toute responsabilité mais c’est croire à ce que Dieu peut faire, parce qu’il nous aime.

2) Allez ! De toutes les nations, faites des disciples. Baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Apprenez leur à observer tout ce que je vous ai commandé.

   La mission chrétienne consiste à conduire les hommes vers Dieu. Notre Dieu n’est pas seulement le Dieu créateur, en qui se retrouvent la plupart des hommes. Il est un Dieu sauveur, qui nous donne part à sa vie éternelle. Un Dieu qui agit dans l’histoire des hommes, comme nous l’a rappelé le Deutéronome, mais aussi dans l’histoire de chacun. Un Dieu qui, ultimement, s’est révélé dans l’humanité en prenant notre condition humaine. Il s’est fait homme en Jésus pour que nous puissions demeurer en lui.

   Aujourd’hui, la mission s’est affaiblie dans beaucoup d’endroits. L’annonce explicite est souvent suspectée de prosélytisme. Beaucoup de chrétiens ont minimisé l’importance du baptême, le laissant comme un libre choix, pour ne pas l’imposer. Nous vivons aujourd’hui une crise profonde de la transmission de notre foi. Nous le voyons bien dans toutes nos familles, et souvent bien malgré nous.

   La foi suscite un intérêt relatif

   La foi suscite un intérêt relatif et se trouve cantonnée dans un domaine privé qui n’est pas sans nous interroger. Peut-elle faire encore l’objet d’une annonce en dehors de nos églises ? Soyons clairs. Nous devons aujourd’hui continuer à porter le flambeau de l’évangile dans une humanité qui s’en détourne largement par dépit et par ressentiment, mais aussi parce qu’elle ignore que Dieu vient la visiter. Malgré les souhaits de certains de nous voir intervenir dans la sphère publique, il faut bien reconnaître que le message n’est pas facile à faire passer.

   Aujourd’hui où la majorité des échanges se fait par le biais des réseaux sociaux, la parole de l’Église se trouve, d’un côté, diffusée, multipliée, mais d’un autre côté, le message peut être dilué voire brouillé par des présentations ou des réactions contradictoires. Seul celui qui s’intéresse dépassera les stéréotypes, les raccourcis, pour aller chercher l’information à la source et se faire une idée plus claire de ce que propose l’Église.

   Il reste que la foi ne peut vraiment passer que moyennant le désir de la recevoir

   Il reste que la foi ne peut vraiment passer que moyennant le désir de la recevoir, de la faire grandir. Elle implique de notre part un souci constant de conversion. Le témoignage et la vie vont de pair.

   Ajoutons encore que la foi se communique au travers de contacts interpersonnels. Nous avons encore à chercher de nouveaux moyens pour rejoindre et sensibiliser nos proches. Dans les familles, nous constatons les fractures entre les générations. La foi parfois rapproche. Souvent elle éloigne ou divise. Mais il ne faut pas renoncer pour autant.

   Par les moindres failles, la lumière peut passer. Elle se fraie un chemin par les sentiers resserrés de l’humilité, de la miséricorde, de la réconciliation.

   Il est bon enfin de ne pas oublier deux choses :

– Le témoignage de la foi suppose une cohérence entre la parole et les actes, autant de droiture morale que d’humilité. Il n’est pas notre œuvre à nous mais l’œuvre de Dieu en nous.

– Le témoignage de la foi intègre nos limites humaines. Dieu le sait bien, lui qui est venu non pas pour les justes mais pour les pécheurs. Dieu s’invite dans nos vies fragilisées, dans les êtres inachevés et imparfaits que nous sommes. Tant que nous nous considérons au dessus des autres, rien ne changera. Il faut consentir à être des chrétiens, à la fois audacieux et modestes, au milieu d’un monde qui est comme un champ de bataille, dans une Église qui ressemble plus à un hôpital de campagne qu’à un palais idéal.

3) « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ».

   Quelle parole réconfortante ! Et combien elle peut être un rocher sur lequel notre vie peut s’appuyer fermement. Souvent je me la suis rappelé dans les moments de déprime. « Je suis avec vous » : c’est l’autre nom de Dieu. Dieu avec nous. Dieu qui est de toute éternité, Dieu qui est, qui était et qui vient ! Il est en même temps un Dieu si proche, et qui ne nous abandonnera pas dans la tempête ! Dieu qui manifeste son amour et sa fidélité, comme Jésus à Pierre, sur le bord du lac.

   Oui, Jésus est vraiment le Dieu fidèle qui garde son alliance.

   Cette dernière phrase est comme une bouée de sauvetage, une bouteille jetée à la mer, dans l’océan où tant d’hommes et de femmes se noient, désespérés et désemparés. Dites-le à tous ceux qui ne savent plus où ils en sont. Jésus est avec eux aussi.

   Dieu veut pour nous ce qu’il est en lui-même. Dans la richesse infinie de son être, il veut nous unir à lui pour que nous trouvions en lui notre unité, notre vie, notre bonheur.

Fr Arnaud Blunat op.

Lien avec la décoration florale du jour: L’amour ne peut être seul…