Le souvenir de ce que j’ai dit…

Le Défenseur,
l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom,
lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit.

Décoration florale de l’autel de la chapelle des dominicains.

Jn 14, 23-29Jn 14, 23-29
French: Louis Segond (1910) - SEG

301 Moved Permanently Moved Permanently The document has moved .

WP-Bible plugin

 » Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. »

 

      Gardons le souvenir de ce qu’Il a dit…

     ‟  C’est la paix que je vous laisse, c’est ma paix que je vous donne ” . La paix entre les hommes est souvent un équilibre précaire de forces antagoniques qui, un jour ou l’autre, en reviennent à s’opposer à nouveau. La paix  de Dieu, elle, est profonde et totale, et peut réconcilier à jamais, car elle est construite sur l’amour.

     En notre monde troublé par de nombreux conflits et le déchaînement des haines aveugles qui se perpétuent, les paroles de Jésus à ses disciples avant sa Passion sont à la fois un espoir et un encouragement pour l’humanité.

      La paix …

     Ce mot, en termes chrétiens, est loin d’être seulement la représentation de l’absence de conflits, ou de guerre. La paix doit être plénitude du bonheur. Harmonie entre Dieu et les hommes. Trouver la paix, exige une transformation intérieure, un esprit de réconciliation et de justice. Ce n’est pas une question ‟ d’arrangements ”.

      Qui mieux qu’une mère peut parler de paix dans sa famille.

     Aujourd’hui c’est la fête des mères. Qui mieux qu’une mère peut parler de paix dans sa famille. Dans un temps où tant d’êtres sont déracinés, il est important de demeurer dans l’amour de quelqu’un pour affronter les traverses de la vie. Tout amour humain est fragile, voire inconstant, mais l’amour d’une mère est solide, et celui de Dieu l’est bien plus encore.

     Mais attention, aimer Dieu et en être aimé n’est pas ‟ chose facile ”. Ce n’est pas aimer de façon intéressée ou possessive. C’est aimer gratuitement, jusqu’au bout, sans lassitude ni faiblesse, sans exclusivité.

     Ne pas avoir peur…

     C’est ce que Jésus explique à ses disciples, et il leur donne sa paix tout en recommandant de ne pas avoir peur. La peur est finalement le plus grand mal. Cette peur n’est pas celle des souffrances humaines, il s’agit de la peur de Dieu. Nous avons peur encore de ne pas parvenir à l’aimer, de ne jamais être dignes de lui. L’antidote à la peur, c’est la certitude d’être fils ou fille de Dieu. Et cette certitude, c’est l’Esprit Saint qui la dépose en nous.

     L’Esprit nous fait comprendre la bonne nouvelle de l’Évangile. Il donne à notre communauté cohésion et dynamisme, car la fidélité à la parole de Dieu ne doit pas être une attitude passive. C’est une fidélité créative et vivante que l’on doit transmettre à d’autres.

     Il y a deux mille ans, c’est Paul et Barnabé, Jude et Silas, et tant d’autres hommes et femmes mentionnés dans les Actes des Apôtres, qui ont porté le flambeau de la foi dans des conditions difficiles. Aujourd’hui, c’est chacun de nous qui doit transmettre cette espérance qui nous habite depuis que nous avons rencontré Jésus.

       l’Église catholique traverse une crise.

     Annoncer Dieu aujourd’hui n’est pas une mission facile. Comme il y a deux mille ans en arrière, beaucoup d’obstacles se présentent à nous. On peut dire que l’Église catholique traverse une crise, et que ce n’est pas la première. La pratique religieuse s’amenuise (quoi que…), les vocations sont moindres (quoi que…), on ferme des lieux de culte (c’est vrai …) Les scandales alimentent la verve et la diatribe de certains journalistes. C’est vrai, nous vivons un moment difficile, pénible, mais comme d’autres en ont vécu avant nous.

     Alors sœurs et frères, n’est ce pas plutôt une occasion pour jeter à nouveau l’Église dans le combat pour la foi en Jésus ? Car si la mission de l’Église n’est pas de donner des leçons au monde, de construire des hôpitaux ou des écoles, elle est bien d’apporter Dieu au monde, de le lui faire connaître.

    Aimer Dieu c’est avant tout rester fidèle à sa parole.

     Comment mieux le faire connaître ? Comment aimer Jésus sans que ce ne soit que ‟ paroles de lèvres ” et non ‟ paroles du cœur ” ? Aimer Dieu c’est avant tout rester fidèle à sa Parole, celle qu’il nous a laissée, celle qui en elle contient toutes les autres, et qui est de nous aimer les uns les autres comme il nous a aimés. Celle dont l’Esprit Saint ravive en nous l’éternel souvenir.

Texte d’inspirations diverses.

Lien avec la prédication dominicale de Fr Arnaud Blunat: Dieu fait sa demeure en nous…