Notre Sainte Mère… Assomption de la Vierge Marie.

Liturgie florale – Autel de la chapelle des Dominicains.

Assomption de la Vierge Marie

Lc 1, 39-56Lc 1, 39-56
French: Louis Segond (1910) - SEG

39 Dans ce même temps, Marie se leva, et s`en alla en hâte vers les montagnes, dans une ville de Juda. 40 Elle entra dans la maison de Zacharie, et salua Élisabeth. 41 Dès qu`Élisabeth entendit la salutation de Marie, son enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint Esprit. 42 Elle s`écria d`une voix forte: Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de ton sein est béni. 43 Comment m`est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne auprès de moi? 44 Car voici, aussitôt que la voix de ta salutation a frappé mon oreille, l`enfant a tressailli d`allégresse dans mon sein. 45 Heureuse celle qui a cru, parce que les choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur auront leur accomplissement. 46 Et Marie dit: Mon âme exalte le Seigneur, 47 Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur, 48 Parce qu`il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse, 49 Parce que le Tout Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est saint, 50 Et sa miséricorde s`étend d`âge en âge Sur ceux qui le craignent. 51 Il a déployé la force de son bras; Il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses. 52 Il a renversé les puissants de leurs trônes, Et il a élevé les humbles. 53 Il a rassasié de biens les affamés, Et il a renvoyé les riches à vide. 54 Il a secouru Israël, son serviteur, Et il s`est souvenu de sa miséricorde, - 55 Comme il l`avait dit à nos pères, -Envers Abraham et sa postérité pour toujours. 56 Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois. Puis elle retourna chez elle.  

WP-Bible plugin

 » Tu es bénie entre toutes les femmes,
et le fruit de tes entrailles est béni. »

 

Notre Sainte Mère…

     Tout d’abord, le 15 août est un rendez-vous important au cœur de l’été.  C’est le seul jour férié dédié à la Vierge Marie. Ce jour-là, beaucoup de chrétiens sont rassemblés dans de nombreux sanctuaires pour la fêter comme il se doit. Certains auront même choisi de se rendre à Lourdes avec le pèlerinage national.

     Tout d’abord, l’Évangile qui nous est proposé fait suite à l’Annonciation. L’ange Gabriel vient d’annoncer à Marie qu’elle serait la mère du Sauveur. Ayant appris que sa cousine Élisabeth est enceinte du futur Jean Baptiste, elle se met en route. Cette rencontre entre Marie et Élisabeth donne lieu à une explosion de joie. De plus, la Visitation ce n’est pas qu’une simple rencontre familiale entre deux cousines : c’est la rencontre des deux alliances, l’ancienne avec Élisabeth et la nouvelle avec Marie.

      Enfin, avec Marie, nous sommes invités à rendre grâce au Seigneur qui continue à faire des merveilles. Dans le monde de Dieu, les premiers sont les derniers. Les exclus, les humbles ont la première place dans son cœur. Marie se reconnaît proche d’eux. Elle nous le montre à tout instant.

      Encore plus, la même Marie continue à nous rejoindre chaque fois que nous l’appelons. Quand elle était au pied de la croix, Jésus lui a confié toute l’humanité : s’adressant à Jean, il dit : « Voici ta mère » et à Marie : « Voici ton fils. » A partir de cette heure, le disciple la prit chez lui. Alors n’hésitons pas à prendre Marie chez nous et à lui donner la place d’honneur. Celle d’une mère. Une Sainte Mère sur laquelle nous pourrons toujours compter.

     Naturellement, avec Marie, il ne peut pas y avoir de situation désespérée. Quand tout va mal, nous pouvons toujours nous tourner vers elle. Quand nous sommes en manque de paix et de joie, elle est là. Et quand nous sommes tombés au plus bas, elle se baisse pour nous ramasser et nous aide à nous remettre debout pour reprendre notre route à la suite du Christ.

     En premier lieu, en ce jour de fête, nous rendons grâce à Jésus pour ce dernier, et merveilleux cadeau qu’il nous fait sur la croix en nous donnant Marie sa Mère. Elle a une prédilection pour chacun de ses enfants, pour celui-ci parce qu’il est si pauvre, celui-là parce qu’il souffre, le troisième parce qu’il est persécuté. En fait elle nous apprend à ne pas vivre la croix comme une persécution. Mais à l’accepter, comme elle l’a accepté elle-même.

     Par conséquent, que le petit troupeau auquel nous appartenons, et qui croit en Jésus, demeure dans la paix, la confiance et l’espérance. Nous pouvons faire triompher celle-ci chaque jour, et plus particulièrement en tâchant de rester justes, droits, et compatissants, dans notre quotidien.

     Frères et sœurs, à l’occasion de cette fête de l’assomption, prions ensemble, et demandons à Marie de fortifier encore plus la foi et l’espérance qui nous anime.

Texte d’inspirations diverses.

Lien vers la prédication de Fr Arnaud Blunat: Marie toute en Dieu… 

Commentaires fermés.