Prenons racine…

Prenons racine – Décoration florale de l’autel de la chapelle des Dominicains.

Prenons racine

 

Jn 15, 1-18Jn 15, 1-18
French: Louis Segond (1910) - SEG

15 1 Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. 2 Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l`émonde, afin qu`il porte encore plus de fruit. 3 Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée. 4 Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s`il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. 5 Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. 6 Si quelqu`un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent. 7 Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. 8 Si vous portez beaucoup de fruit, c`est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples. 9 Comme le Père m`a aimé, je vous ai aussi aimés. Demeurez dans mon amour. 10 Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j`ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour. 11 Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. 12 C`est ici mon commandement: Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. 13 Il n`y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. 14 Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande. 15 Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j`ai appris de mon Père. 16 Ce n`est pas vous qui m`avez choisi; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne. 17 Ce que je vous commande, c`est de vous aimer les uns les autres. 18 Si le monde vous hait, sachez qu`il m`a haï avant vous.  

WP-Bible plugin

« Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit. »

 

Prenons racine…

   Pour greffer la vigne, les viticulteurs utilisent le procédé de greffe-bouture. C’est-à-dire qu’ils ne greffent pas sur un porte-greffe enraciné, mais sur un sarment porte-greffe sans racine. Puis, ils enracinent. Dans l’Évangile d’aujourd’hui, Jésus se présente comme étant La Vigne, son Père  Le Vigneron, et nous sommes les boutures.

   Pour porter de beaux fruits, nous devons cependant accepter de laisser Le Vigneron nous émonder, c’est-à-dire nous purifier, couper les parties de nous-mêmes qui sont en train de se dessécher.

   Lorsque nos vies ressemblent à des sarments secs, qui ne laissent plus passer la sève, alors, le mieux à faire, c’est de les brûler au plus vite. En effet, dans l’Évangile d’aujourd’hui Jésus parle de ceux qui se séparent de La Vigne et vont être jetés au feu.

  Osons croire que l’amour est plus fort que la mort. Osons croire que ce feu n’est pas un destructeur, mais au contraire un feu qui nourrit l’amour. Laissons-nous alléger par Dieu. C’est dans ce contexte que Jésus se sert de cette parabole de La Vigne.

   Il nous ramène à l’essentiel. Restons attentifs à la présence de la sève de Dieu en nous. Si nous sentons nos sarments défectueux, appelons Le Vigneron. Restons avec Dieu, demeurons en Dieu, prenons racine en Lui. Nous pourrons alors vivre et porter du fruit. La récolte sera forcément là, et c’est ce que veut Le Vigneron.

  Ce que nous souhaitons pour nos communautés paroissiales, c’est qu’elles se développent, qu’elles croissent toujours davantage, et qu’elles portent du fruit en abondance. Que la récolte des raisins soit plus fructueuse saison après saison.

   La réalité semble malheureusement un peu différente. Leur manque de moyens, les difficultés financières qu’elles connaissent aussi parfois, sont autant d’occasions de leur faire perdre courage, et de les pousser à baisser les bras. La distance qui sépare  notre idéal d’Église et sa situations réelle peut en décourager plus d’un.

   La vraie vigne est celle dans laquelle nous avons nos racines.

   L’Évangile d’aujourd’hui est justement là pour nous encourage à aller de l’avant, et à relever le défi de la foi, en sachant bien que notre force et notre dynamisme, notre vitalité, dépendent essentiellement de notre seul enracinement en Dieu. La Vraie Vigne, celle dans laquelle nous avons pris racine, est La Sienne. Alors Sœurs et frères, pour rejoindre le Père, continuons à avancer ensemble dans le même sillon que Jésus !

Texte d’inspirations diverses.