Sainte Marie, mère de Dieu

1er janvier 2021
Solennité de Sainte Marie, mère de Dieu
Nb 6,22-27 ; Ps 66 ; Ga 4,4-7 ; Lc 2,16-21
Homélie du frère Rémy Bergeret

Adoration des bergers – Guido Reni, huile sur toile, v. 1635 – Musée San Martino, Naples

Le titre immense de Marie « mère de Dieu »… Il s’agit d’abord d’un développement christologique du mystère de l’Incarnation, que l’on peut résoudre ainsi dans un syllogisme : Marie est mère du Christ, or le Christ est Dieu, donc Marie est mère de Dieu (en grec : « theotokos »). Le syllogisme est un instrument de raison utilisé surtout en philosophie et en mathématiques ; mais en théologie cela marche aussi !

Mais comment comprendre ce titre sachant que Dieu est infini, sans commencement ni fin ? Il faut recourir précisément à ce syllogisme déjà cité qui s’est imposé au Concile d’Éphèse en 431. Allons un peu plus loin : quel est le fondement, l’origine de ce titre ? À l’Annonciation, Marie répond à l’ange : qu’il me soit fait selon ta parole. Tout est dans le fiat ! C’est en disant oui qu’elle devient mère ; elle dit oui, et elle devient mère immédiatement ! Sa maternité divine est le fruit de son « oui » et c’est considérable pour l’histoire du salut, car ce « oui », elle le prononce en notre nom à tous ! Mère du corps du Christ, elle recevra de Paul VI, en plein Concile Vatican II, le titre de « mère de l’Église », qui élargit encore ses attributions, si j’ose dire. Enfin, nous le savons bien, elle exerce sa maternité spirituelle sur chaque membre et le corps entier, nous accompagnant dans notre pèlerinage de foi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*