Appelés pour la mission

11 juillet 2021
15è dimanche du Temps Ordinaire, année B
Am 7,12-15 ; Ps 84 (85) ; Ep 1,3-14 ; Mc 6,7-13
Homélie du frère Denys Sibre

Jésus envoie ses apôtres en mission - École de Reichenau, enluminure sur parchemin, v. 1010 - Munich, Bibliothèque d’État de Bavière
Jésus envoie ses apôtres en mission – École de Reichenau, enluminure sur parchemin, v. 1010 – Munich, Bibliothèque d’État de Bavière

Étrange ce texte d’Évangile que nous venons d’entendre et pourquoi ne pas dire étranger à notre vie. Tant de détails accumulés ne font que renforcer cette impression d’étrangeté: les disciples envoyés deux par deux, sans bagages, sans argent, simplement avec un bâton à la main, pieds nus sur les routes de Palestine… Tout cela est un peu loin de nous… Un peu comme un récit d’autrefois, loin de nos sensibilités actuelles. Ce récit ne serait-il qu’anachronique? En êtes-vous sûrs?

Je voudrais m’étonner avec vous de cet Évangile qui révèle deux secrets:

– Qui Jésus veut-il envoyer en mission?

– Et comment Jésus veut-il que la mission s’exerce?

1/ Qui Jésus veut-il envoyer en mission ?

Les Apôtres. Les douze Apôtres. Pourquoi douze? Dans l’histoire du Peuple de Dieu, il y avait en Israël 12 tribus. Ici, Jésus se présente comme celui qui instaure Le Nouveau Peuple de Dieu, et pour couvrir les besoins du Nouvel Israël il faut douze Apôtres.

Dans un texte parallèle, dans l’Évangile selon S. Luc, on voit Jésus envoyer 72 disciples. Pourquoi 72? Dans le Livre de la Genèse, il y a une énumération de toutes les nations de la terre. Il y a 72 nations. Autrement dit, combien de disciples faut-il envoyer pour la mission? 72… autant que les nations! Autant que de terrains où l’Évangile n’a pas été annoncé!

Eh bien voilà : s’il en faut 12… Il en faut encore 72… C’est dire qu’il en faut beaucoup pour aller partout!

Continuons notre lecture. Qui sont-ils ceux que Jésus choisit et envoie? Des élites? Des intellectuels? Des sans fautes? Des saints? La simple énumération des Apôtres suffit à nous éclairer. Non! Ce n’est pas l’élite que Jésus choisit!

– Il y a PIERRE, attachant certes mais naïf, lâche à certains moments!

– Il y a JEAN surnommé ‟ fils du Tonnerre ”, sans doute un homme qui avait du tempérament!

– Il y a MATHIEU, le comptable qui travaille pour l’occupant!

– Il y a JUDAS, habile et capable de trahir.

Oui, ceux que Jésus choisit, ce sont des gens ordinaires. Alors ne nous étonnons pas si nous sommes tous appelés à la mission. Ne dites pas: ‟Je ne suis pas capable. Je ne sais pas parler. Je n’ai pas d’instruction. »

Tous, frères et sœurs, avec nos faibles moyens, nous sommes appelés aujourd’hui par Le Seigneur pour rendre témoignage de notre foi. Tous autant que nous sommes, nous sommes indispensables à la mission de l’Église. Rappelons-nous notre Baptême et notre Confirmation. Au Baptême Jésus nous a dit ‟ Viens ! ” Et à la Confirmation, Jésus nous a dit: ‟ Va ! Va en mission ! ” Et tout à l’heure, à l’issue de cette célébration, il nous sera dit : ‟Allez dans la paix du Christ ! » Mieux, ‟Allez en mission! Vivez au dehors ce que vous avez vécu au dedans !”

Mais comment cela est-il possible ?

‟Annoncer l’Évangile me disait cette mère de famille, vous n’y pensez pas! Je n’ai même pas réussie à transmettre la foi à mes enfants !”

Nous voici en présence du deuxième secret de l’Évangile de ce dimanche:

2/ Comment Jésus veut-il que s’exerce la mission ?

Avant tout modestement : ‟N’emporter ni or, ni argent, partir sans bagages et aller deux par deux sur les routes !” L’œuvre de la mission n’est pas une œuvre de puissance et de prestige. Partir en mission, être en mission à la façon du levain dans la pâte, à la manière d’une pincée de sel, à la manière d’une petite semence…

Un vieux prêtre, longtemps prédicateur de missions paroissiales me dit un jour : ‟ Il te faut prêcher l’Évangile à tout instant. Au besoin sers-toi de mots. Ne parle du Christ que si on t’interroge mais vis de telle manière qu’on t’interroge… ”

En fait, il ne s’agit pas de transmettre la foi mais de la montrer tout simplement par notre manière de vivre. Ce n’est pas ce qu’on dit qui fera croire mais ce que nous vivons.

Frères et sœurs, vivons en enfants de lumière sur les chemins où l’Esprit nous conduit. Maintenant c’est sur les chemins de l’été qu’il nous conduit. Nous voilà Apôtres de Juillet et Apôtres d’Août ! C’est le moment d’avoir des cœurs d’été, des cœurs de ciel bleu, des cœurs de sourire, des cœurs de priants, des cœurs de missionnaires.

En conclusion, je voudrais vous livrer ce que j’ai eu la joie d’entendre cette semaine. Il s’agit d’un toxicomane affronté depuis des années à la drogue, à la drogue dure et à répétition… avec des overdoses et des tentatives de suicide. Et puis un jour, il a été accueilli par un couple qui lui a partagé sa chaleureuse amitié. Aujourd’hui, ce toxicomane va beaucoup mieux. Et voilà un extrait de la lettre qu’il a envoyée tout dernièrement à ce couple de bons samaritains :

‟Sachez que si mon cœur était ouvert en deux, on y verrai votre image. Si j’étais président, je vous offrirai à tous deux Le Prix Nobel du couple le plus rayonnant de la planète !”

Et il conclu : ‟Si Dieu existe, il doit ressembler à ce que vous avez fait pour moi !”

Ce couple était missionnaire sans le savoir…

Je trouve que ce témoignage vient magnifiquement conclure notre réflexion de ce dimanche.

Bon été à vous tous ! Et bonne mission là où vous êtes, et là où vous serez !

Une réponse à “Appelés pour la mission”

  1. Merci pour ces pensées qui nourrissent notre réflexion .

    Cet évangile est riche de langages symboliques très significatifs .

    — Par dessus le vêtement blanc de notre baptême nous ne devons pas ajouter la  » tunique des idéologies du monde  » . Non ! pas de tunique de rechange , uniquement celle dont nous a revêtus le baptême : VOUS AVEZ REVETU LE CHRIST et c ‘ est ainsi que vous devez vous présenter .

    — Pas d ‘ argent , pas de quoi rajouter quoi que ce soit d ‘ autre à ce vêtement , à ce message de salut , à cette grâce sanctifiante qui se suffit à elle – même .

    —  » Ils proclamèrent qu ‘ il fallait se convertir  »
    Une seule parole ;  » convertissez vous  » c ‘ est à dire : l ‘ homme est pécheur donc incapable de rejoindre Dieu par lui – même, il a besoin d ‘ un Sauveur ; ce Sauveur est arrivé , mettez vous à son écoute et suivez le .

    — Si vos paroles ne sont pas acceptées ,  » secouez la poussière de vos pieds  » , c ‘ est à dire  » laissez les controverses sur place  » , ne les emportez pas avec vous , n ‘ allez pas les semer ailleurs . Vous ne devez être porteurs que de la parole de Dieu , non des multiples contradictions humaines .

    Puissent ces conseils de Jésus être écoutés et suivis ( comme l ‘ a fait St Dominique ) pour la Gloire de Dieu et le salut du monde .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*